Fontaine Estrangin

Publié le par canton-notre-dame-du-mont-marseille

Estrangin.jpg

 

Fontaine-Estrangin-3.JPG

À la fin de l’année 1887, le négociant Henri Estrangin (1823-1902) exprime la volonté d’offrir une fontaine pour orner la place Paradis sur laquelle donne son hôtel particulier et ses bureaux. 

 

Il souhaite célébrer un demi-siècle d’activités commerciales et proclamer son attachement à Marseille ; plus officieusement, il s’agit d’ennoblir le lieu et de réduire le chahut quotidien des véhicules, chevaux et hommes qui stationnent sous ses fenêtres.

 

La municipalité accueille le projet avec bienveillance, d’autant plus qu’il s’inscrit dans le plan plus large du réaménagement du quartier, notamment avec la construction de la Banque de France sur la parcelle voisine.


Le commanditaire confie son projet à l’architecte du département Joseph Letz (1838-1890) – auteur de ladite banque – et au statuaire André Allar (1845-1926).

 

Ce dernier expose son modèle au Salon marseillais de mai 1889. Véritable pièce d’orfèvrerie par son dessin d’ensemble, la fontaine présente l’allégorie de Marseilles’appuyant sur le génie du Commercetandis que la Méditerranéelui apporte l’abondance. Autour de la vasque, les bustes du Rhôneet de la Durance, de l’Europe, de l’Asie, de l’Afriqueet de l’Amérique, tels des figures de proue, terminent six rostres de part et d’autre desquels des dauphins crachent l’eau dans un bassin secondaire. Enfin, une guirlande de fruits relie le tout.

 

Le mécène montre ainsi l’étendue de ses affaires de par le monde sans se mettre en avant : en effet, son portrait en médaillon qui figure sur la maquette disparaît dans l’exécution finale.

 

Le 30 novembre 1890, la fontaine est inaugurée en grande pompe en présence de Paul Peytral, ancien ministre des Finances, et de Jules Charles-Roux, député des Bouches-du-Rhône. Quant à la place Paradis, elle prend le nom d’Estrangin-Pastré dès le 2 décembre suivant.

  Fontaine-Estrangin-1.JPG

Source : notice consacrée à la Fontaine Estranginécrite pour la revue Marseille(n°220, mars 2008) ; Laurent Noet ; blog marseillesculptee.blogspot.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article